Le permis D donne accès à la conduite des véhicules d’une capacité d’au moins neuf (9) places assises. Aussi appelé permis transport en commun, ce permis de conduire nécessite une formation rigoureuse. L’essentiel n’étant pas dans la théorie, sa formation demande l’enseignement de plusieurs modules pratiques liés à la conduite et à la maîtrise de l’engin. Il est donc nécessaire d’en connaître le contenu avant de se lancer.

Les prérequis pour accéder au permis D

Pour s’inscrire à la formation au permis D, le candidat doit disposer de plusieurs aptitudes ou répondre à plusieurs critères. Il doit en premier lieu jouir d’une bonne santé physique. Ensuite, il doit être âgé d’au moins 24 ans ou être un étudiant en formation professionnelle de conducteur. De plus, ce permis est accessible à tout citoyen français ou résidant en France légalement depuis au moins six (6) mois. Par ailleurs, il faudra au préalable détenir le permis de conduire catégorie B avant de pouvoir passer son examen.

Le contenu de la formation

Dès l’admission à la formation, le candidat à l’examen d’obtention du permis D est soumis à plusieurs modules théoriques et pratiques. La finalité étant de le rendre apte à conduire tous les types de véhicules de transport de plus de neuf passagers. Cette aptitude requiert la connaissance des règles de sécurité, de la réglementation liée à ce type de véhicule et de l’entretien de la mécanique. De ce fait, plusieurs modules sont au programme.

  • La sécurité : la formation au permis D est d’abord basée sur l’apprentissage des notions liées à la sécurité des personnes et des biens transportés. Pour cette partie de la formation, un accent est principalement mis sur les aspects sécuritaires liés à la conduite de ce genre de véhicule. Il y a par exemple, le dépassement, la vitesse, etc.
  • La conduite : il faut rappeler que la finalité de cette formation au permis D est la capacité à conduire les véhicules de transport plus de 9 personnes. Ainsi, les modules pratiques sur la maniabilité de ces machines et leur adaptation sur les routes ou les agglomérations font partie de la formation. L’objectif étant d’amener le candidat à avoir une autonomie suffisante sur la maîtrise du véhicule. Cette autonomie tient compte aussi bien de l’aisance dans la conduite que des réflexes propres au conducteur de ces catégories d’engins.
  • La mécanique : un bon conducteur doit être capable de connaître le fonctionnement de son véhicule et d’en assurer la réparation ou l’entretien. Des notions de mécanique sont dans le contenu de la formation au permis D. Ces notions ont principalement rapport à la connaissance du moteur, l’alimentation électrique, le système de frein, etc.
  • Le respect du Code de la route : L’enseignement du Code de la route approprié à ces véhicules fait partie des composantes de la formation. C’est une étape fondamentale. Elle représente l’essentiel de la pratique du conducteur pour une conduite conforme à la réglementation de la route. Ce module de la formation au permis D a rapport aux comportements du conducteur. De plus, les prescriptions du Code de la route spécifiques à ces engins en sont également les composantes.

La formation au permis D est celle qui donne accès à la conduite des véhicules de plus de neuf places assises, y compris le conducteur. Elle nécessite rigueur et prend en compte plusieurs modules pour une autonomie dans la conduite et la sécurité des usagers de la route.